Philip Catherine

Philip Catherine (born October 27, 1942) is a Belgian jazz guitarist. He was born in London from English mother and Belgian father. He began playing in the 60's with Lou Bennett then with Dexter Gordon and Stéphane Grappelli. He was then a member of Jean-Luc Ponty quintet, right after he recorded his first album (Stream, produced by Frenchman Sacha Distel) in 1971. A year later, he met John Scofield, Ran Blake, George Benson and more musicians in Boston.

He also played with Charlie Mingus (who named him Young Django) and Chet Baker. He is now considered as the grandfather of Belgian jazz as he continues to play on the now very active Belgian jazz scene. He won the first Belgian Golden Django (in 1995) as best French-speaking artist.

Philip Catherine

Philip Catherine est un guitariste de jazz belge né à Londres le 26 octobre 1942 d'un père belge et d'une mère anglaise. En 1948, sa famille s’installe à Bruxelles.
Philip CatherineAprès avoir découvert à l’âge de 14 ans Georges Brassens et Django Reinhardt, il s'achète une guitare et se met à écouter les grands musiciens de jazz de l’époque. Dans les années 1960, il accompagne de nombreux musiciens de jazz de passage à Bruxelles, puis à travers l’Europe : des références comme Lou Bennett, Dexter Gordon ou Stéphane Grappelli. En 1971, le violoniste français Jean-Luc Ponty l'engage au sein de son quintet Experience.
Au cours des années 1970, Philip Catherine commence à se faire une réputation internationale. Il enregistre ses premiers disques et commence des tournées avec ses propres formations. Il continuera cependant à accompagner des géants du jazz tels que Charlie Mingus, Benny Goodman, Toots Thielemans, Charlie Mariano, Chet Baker, Larry Coryell et bien d’autres.
Devenu un guitariste virtuose et un grand nom du jazz, à la discographie impressionnante et aux nombreuses consécrations, Philip Catherine s’est produit dans les salles de concerts les plus prestigieuses, avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin au Carnegie Hall, avec le Concertgebouw à Amsterdam, à l’Olympia, ou la Salle Pleyel à Paris ou le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à jouer dans les clubs de jazz de temps en temps pour le contact avec le public.